L’artisanat Marocain

L’artisanat fait partie du patrimoine historique du Maroc. C’est également un point important pour l’économie locale. Plus de 70 métiers découlent de l’artisanat marocain, les différentes traditions ont permis au Maroc d’acquérir une certaine notoriété dans la fabrication et la création de ces métiers.

 

Les premiers habitants à avoir introduit l’artisanat au Maroc sont les berbères. Ils ont commencé à travailler la laine pour en faire des tapis, à façonner le fer et l’argent pour les bijoux, à mettre les mains dans l’argile pour la poterie. Un peu plus tard, d’autres métiers ont vu le jour. Les artisans se sont mis à fabriquer des ustensiles de table en cuivre, des ornements, mais également à travailler le bois comme l’acacia, le noyer ou l’oseille.

L’artisanat est présent dans tout le Maroc et chaque région a sa spécialité.

Si vous allez du côté de Fès, vous découvrirez de nombreuses petites boutiques qui proposent des objets en cuir (comme des ceintures, des sacs) des objets en cuivre (par exemple des luminaires), des bijoux en or et en argent, des tissus faits à la main et. Brodés de fils d’or.

À Marrakech, l’artisanat va se tourner vers le travail du cuir, du cuivre, et de la laine pour les tapis.

À Essaouira, ce sont le bois, les tapis et l’argent. Rabat est le centre artisanal de la poterie.

Meknès, quant à elle, est la seule ville pratique la damasquinerie. La damasquinerie est l’incrustation à froid, au marteau, de petits filets d’or, d’argent ou de cuivre, formant un décor dans un autre métal. Ces artisans excellent dans cet art pour réaliser des vases, des bijoux, des gravures sur certaines poteries, céramiques ou autre. C’est un travail minutieux qui demande beaucoup de patience et de savoir-faire. Ce métier se transmet au fil des générations, au Maroc on est  artisan de père en fils.

L’artisanat au Maroc est une des principales activités familiales. Les matières travaillées sont le bois, la laine, le cuir, le métal, la terre, le textile, la céramique, l’argile, la pierre, la vannerie…

 

La céramique, une spécialité marocaine

La céramique est l’une des plus importantes spécialités de l’artisanat au Maroc. Elle demande de maîtriser une certaine technique. Elle peut recouvrir des objets pour les décorer, les meubles, les tables…elle prend alors le nom de céramique esthétique. Les émaux et les glaçures font partie de la céramique décorative et architecturale, pour habiller les mosquées ou les hôtels par exemple. Les artisans pratiquent la méthode de la double cuisson.

Dans de nombreuses villes du Maroc, vous pourrez assister à la fabrication de certains objets,  chez les artisans qui possèdent une petite boutique dans le centre.

Le tapis, une culture orientale

En jetant son dévolu sur un tapis, on ne s’imagine pas à quel point l’on devient le dépositaire d’un fragment de l’un des symboles les plus forts de l’Orient. L’artisanat du tapis est une véritable économie, un revenu important qui continue de faire vivre de nombreux villages et tribus. Ce savoir-faire ancestral se transmet de mère en fille. Les hommes n’interviennent que pour le troc ou la vente. Il faut les laines les plus pures, des colorants naturels, les métiers à tisser adaptés et les mains créatrices pour faire vivre cet art ancestral.

Le tapis traditionnel est un moyen d’expression artistique. Il est unique et porte toujours un message différent. Il est plutôt de tradition berbère et est très présent dans le sud marocain. La région de Ouarzazate accueille l’un des centre névralgique de cette production : le centre Aït Ouaouzguit.

Le tapis rural berbère de l’Atlas est probablement le plus représentatif et le plus connu. Les décorations et les géométries sont exceptionnelles, éclatantes et harmonieuses.

Il existe tellement de qualités, de travail différents qu’on ne peut pas tous les lister.

Un mot, cela dit, sur les kilims qui sont faits de laine ou de soie. Une seule pièce peut nécessiter jusqu’à 9 mois de labeur.

Le tapis de Taznakht, l’un des plus anciens tapsi confectionnés au Maroc, est une véritable œuvre d’art, faite de minutie et d’amour.

 

Le travail du cuir, un savoir-faire millénaire

Le travail du cuir est l’une des plus grandes spécialités de l’artisanat marocain. Le savoir-faire issu de la tannerie, puis de la maroquinerie, en font un des arts les plus anciens entrés dans l’histoire de la tradition marocaine. En effet, le peuple berbère s’est notamment illustré par un travail méticuleux des cuirs à travers les siècles.

La maroquinerie permet de concevoir une variété d’objets : babouches, ceintures, vêtements, sacs à main, valises, poufs…

Vous retrouverez des quartiers dédiés au travail du cuir dans les villes de Fès, Rabat et bien sûr Marrakech. C’est au quartier des tanneurs, dans la partie Est de la médina. Isolé des souks de la ville, c’est l’endroit idéal pour découvrir tous les secrets de la technique de travail du cuir. L’odeur forte du travail du cuir vous plonge directement dans un lieu réunissant tanneurs, teinturiers et maroquiniers. Des brins de menthe à placer sous le nez vous sont distribués pour ne pas être incommodés par l’émanation. Un guide vous présente alors le processus de tannage : les peaux sont macérées dans de grandes cuves afin d’être nettoyées et assouplies. Elles sont, ensuite, battues, séchées puis colorées selon les besoins et les goûts.